Translocation du Gecko vert de Bourbon

La réintroduction du Gecko vert de Bourbon (Phelsuma borbonica) en particulier doit contribuer à la restauration de l’ensemble des fonctionnalités de la forêt semi-sèche. Cette espèce indigène dont des traces ont été retrouvées sur le site de la Grande Chaloupe, constitue un pollinisateur probable des arbres de la forêt semi-sèche dont il apprécie le nectar et les fruits, tels que le mazambron marron (Aloe macra) ou le Petit Vacoa (Pandanus sylvestris).

50 individus prélevés

En préparation depuis 2009, la translocation de Geckos verts de Bourbon du site de la Plaine d’Affouches vers la Grande Chaloupe est une première à La Réunion. Enrichies par l’expérience de la Mauritian Wildlife Foundation à l’île Maurice, les études de faisabilité et la rédaction du protocole de l’opération ont abouti en 2016 à l’autorisation de l’action de translocation par le Conseil National de Protection de la Nature.

50 individus ont été alors prélevés au mois d’avril 2018 dernier à l’aide de tubes en PVC sur la population-source de Geckos verts de Bourbon des « Hauts » de La Montagne qui est estimée à plus de 1 000 individus par l’association Nature Océan Indien (NOI). L’UICN recommande de ne pas prélever plus de 10 % de la population totale d’une espèce animale protégée. Afin de respecter ce critère, 30 femelles et 20 mâles de la population source ont été prélevés en fonction de leur taille et de leur poids.

Cette opération de translocation, menée par le projet LIFE+ Forêt Sèche avec l’appui de NOI et des agents du Parc national de La Réunion, donnera lieu à un suivi précis (dispositif caméras/relevés d’empreintes). En respect du protocole de relâche défini au préalable, les Geckos ont été introduits non loin des sites de plantation, au cœur des reliques de la forêt semi-sèche de la Grande Chaloupe dans l’espoir de recréer une forêt fonctionnelle.